Au hasard d’une conversation avec Stéphane Fellay de l’agence Expérientiel à Bulle en septembre dernier, j’entends parler de Gunter Pauli et je note immédiatement sur ma « to do list » d’aller voir de qui il s’agit (au passage, merci à mon précieux Kanban Flow qui m’aide à m’organiser et surtout à retrouver ce genre d’info que j’aurais forcément égarée si je l’avais notée sur un bout de papier…). Parce que voilà, parfois, lorsque certains messages passent dans mon radar, je sais qu’ils sont importants et que je ne dois pas les oublier mais ça peut prendre un certain temps avant que je passe à l’action pour aller plus loin.

Bref, il s’est tout à coup trouvé que dimanche dernier, ma curiosité m’a fait prendre le temps de taper Gunter Pauli sur Google. Et quelle découverte franchement !

 

Image associée

 

Personnellement, je bouillonne d’enthousiasme et me dis que pour sûr, tout est possible lorsque je découvre cet entrepreneur inventeur de l’ »économie bleue » – qu’il a appelé bleu parce que le ciel est bleu, la mer est bleue :-)… Voilà quelques messages extraits d’une vidéo qui résonnent fort en moi et me font vraiment « Waouh » :

  • L’économie bleue s’inspire de la nature pour créer une société qui est belle, c’est avant tout une philosophie car dans la nature, il n’y a pas de chômage. L’économie bleue transcende les clivages politiques.
  • Capitalisme orienté sur le long terme qui tient compte des générations futures.
  • Développer notre capacité à faire contribuer tout le monde selon ses compétences. Personne n’est mis de côté pour aucune raison.
  • Si on me dit « c’est impossible » ça m’intéresse. Si on me dit « c’est possible » je vous dis « alors faites-le »…
  • Il faut croire en ce qui paraît être de la fantaisie.
  • On est prêt à faire autrement aujourd’hui mais il y a une résistance de cette alliance techno institutionnelle qui ne souhaite pas bouger en raison d’intérêts personnels.
  • Ma révolution c’est de dire que je fais mieux, je génère plus de valeur, plus de bénéfices à conditions de laisser de côté le modèle d’affaire de Harward. Nous n’avons plus besoin de ces MBA qui pensent tous la même chose. Oui, j’ai aussi fait un MBA, mais on fait tous des erreurs dans sa vie…
  • C’est important de passer par des crises dans sa vie. Si on ne passe pas par des crises, on ne sait pas développer sa pensée pour faire beaucoup mieux qu’on imaginait.
  • Il faut inspirer, je ne veux pas changer les choses, je veux inspirer.
  • Nous avons perdu la capacité à croire que c’est possible. Nous devons inspirer les jeunes à croire des choses qu’on ne s’imagine même pas.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Bien à vous et à  bientôt

Diane

 

Partager :

Comments

  1. Karine

    Aujourd’hui je me situais entre déprime et révolte. J’avais envie de m’insurger contre ce système. Mais par quoi commencer? On est nombreux et pourtant encore seuls. Je crois que la création de ce monde se fera nécessairement par un investissement concret mais ne suis pas sûre d’avoir trouvé me voie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *